La grande famille des Sauges

« Qui a de la sauge dans son jardin
n’a pas besoin de médecin ! »

Une grande famille que celles des sauges : on en compte plus de 900 espèces dans le monde ! De quoi réjouir l’âme de tout jardinier ! Parmi cette profusion, intéressons-nous à celles qui sont comestibles, car parmi les 900, toutes ne le sont pas.

Égyptiens, Grecs, Romains et Gaulois considéraient la sauge comme une plante sacrée, certaines autres comme purificatrices. Quant à Jupiter, élevé par la chèvre Amalthée qui s’en nourrissait, , lui doit ses, pouvoirs divins. Et c’est en brûlant des feuilles de sauge, qu’était rendu hommage aux Pénates, divinités chargées de protéger la famille.

Du rite à l’assiette

Outre ces usages rituels, les Romains en parsemaient leurs salades, l’ajoutaient à la bière et au vin. En gastronomes avertis, ils n’ignoraient pas que la sauge faisait aussi merveille en accompagnement des viandes blanches (porc ou volaille) et de fait, en farcissaient oies, cochons de lait. Ils avaient aussi la bonne idée d’unir aux fèves et aux châtaignes la sauge, pour une meilleure digestion. Il faut dire qu’en ces époques, ils avaient de sacrés coups de fourchettes prévisibles.

À tout seigneur, tout honneur

Méditerranéenne, la sauge c’est diffusée dans toute l’Europe Môyen Âgeuse, notamment en suivant l’installation des moines bénédictins qui la cultivaient dans leurs jardins de simples, destinés à produire les herbes médicinales. La sauge était aussi dans les assiettes, en témoigne la froide-sauge, ou en compagnie d’épices, de vinaigre, de bouillon : par exemple, elle sied parfaitement à une traditionnelle poule-au-pot.

Les sauges officinales (Salvia officinalis) font partie des premières plantes compagnes de l’homme. Au potager, trois variétés que je vous recommande – la plus connue étant celle argentée ci-dessous :

  • Ictérina : au feuillage gris-vert, qui est panaché de jaune
  • Purpurarascens : aux feuilles pourpres
  • Tricolor : aux feuilles gris-vert, panachées de rose et de pourpre


La sauge est belle et bonne. Ses feuilles persistantes l’hiver, ses ravissantes fleurs bleues magenta ou crème en font une alliée précieuse, outre le fait que ce soit une superbe plante pour le jardin. Et il existe des centaines d’espèces et de variétés toutes plus attractives les unes que les autres. Depuis deux ans, j’en rachète chaque printemps deux nouvelles pour une petite collecte !

Celle-ci je la taille un peu après floraison, mais pas trop toutefois, vu que la végétation ne repart pas à partir de branches trop âgées.

Au début et à la fin de l’été, je repends 2 bonnes poignées de poudre d’os, enfouies superficiellement dans le sol. Et puis la vivace commence à décliner à partir de 3 ans, c’est donc le moment de penser à bouturer en fin de printemps…

Divine petite feuille ! Douce et veloutée au toucher, puissante et élégante au goût, arôme prenant… Elle évoque le Sud, les repas d’été et elle pousse l’amitié jusqu’à nous offrir sa saveur toute l’année. Des plats qui ne manquent certainement pas de goût !
Sauge aromatique, sauge commune, ou sauge médicinale qui se ressème d’elle-même, d’où les nombreuses petites repousses regroupées autour du pied-mère.

* Une infusion de celle-ci (Salvia Officinalis) est excellente pour les maux de gorge.

Une belle plante vivace arbustive, la sauge Ananas panachée. Elle se plante dans tout type de sols, exceptés les sols trop lourds, trop argileux. Elle apprécie les sols drainés, riches. Hélas, une sauge peu rustique, à planter dans des endroits abrités du froid, en exposition bien ensoleillée.

Sauge Ananas ci-dessus : qui pour son premier hiver 2020, résiste fort bien en feuilles.
Exotique, la sauge-ananas (S. sclarea) – originaire du Mexique, parfumera délicatement vos fonds de tarte estivales (car annuelle est cette sauge), vos plats sucrés-salés. Comestibles, ses fleurs décorent les gâteaux, sorbets et autres cocktails… À moins que vous ne préfériez le parfum de cassis, de sauge-cassis (S. discolor) également appelée « Sauge du Pérou« .

Sauge dorée : Salvia Microphylla Var – Rustique – Hauteur 90 cm.
Parfum d’agrume, excellente dans les salades de fruits.
Sauge pour certaines viandes estivales, plats sucrés et autres desserts.

Avec son caractère affirmé, la sauge doit être utilisée seule. Ne supporte ni la friture, ni l’ébullition, de fait, je l’ajoute au dernier moment dans ou sur mes préparations 😉



À l’orée de l’été, mettez la sauge à toutes les sauces,
et profitez de ses vertus aromatiques.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Caroline dit :

    Leurs fleurs sont superbes !

    Amicalement 😃

    J’aime

  2. Muriela dit :

    J’ai dû déplacer cet automne la sauge Ananas et il faut croire que son nouvel emplacement lui a convenu, attendu qu’elle est tout juste en fleurs en ce moment.

    Pourtant, là où je l’ai acheté l’an dernier, il m’avait été dit (Serres locales) que c’était une annuelle. Si annuelle, cela veut dire que ce n’est de fait pas une vivace. Mais j’ai tentée et cela m’a réussi, qui plus est déplantée pour la réinstaller ailleurs dans le potager.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s