Gelée et compotée de Coings

Lorsque l’on a ni pommes, ni poires,
on a envie de coings
– dit un proverbe Arménien.

Aujourd’hui, je vous propose le déroulé de la recette de gelée de coings que je fis récemment, suivie d’une variante, une compotée. Alors que je ne cessais de tourner la préparation dans une casserole pour confitures (car petite quantité de gelée à réaliser), par la cuisson, elle prit une chaleureuse et non moins mystérieuse teinte ambrée, magnifique !

La mise en cuisine pris sa genèse par la réception de coings amis, qui ne pouvaient que solliciter des préparations se traduisant en partages et temps forts.


Je termine l’article par une petite illustration qui accompagnait mes petites réalisations : duo latté gourmand, plateau de fromages AOP, comportée de coings mise en conserves pour cet hiver.



1/ Réalisation de la Gelée de coings

N’ayant pas d’extracteur à jus, j’ai ainsi laissé mijoter les quartiers et morceaux (épluchés pour gagner un peu de temps en cuisson), avec le jus d’un citron bio associé à de l’eau.

Préparation : 15 mn – cuisson 20/25 mn
sur feu moyen.

Ingrédients

Pour 4 pots : type verrine (2 v. hautes + 2 bases / photos).

* 6 coings
* Sucre en fonction du volume de jus
* Le jus d’1 citron bio (facultatif)
* 1 gousse de vanille

Le déroulé de la recette

Petite séquence vidéo à cliquer

1 Après avoir soigneusement nettoyé les coings et éliminer le duvet, coupez les fruits en morceaux – en gardant ou non la peau – mais si vous choisissez de l’éplucher, remplacer la peau du coing riche en pectine, par le jus d’un citron. Enlever pépins et trognon (ou bien laisser votre convenance).

2 Mettre le morceaux dans une grande casserole ou faitout et couvrir avec de l’eau. Laisser cuire durant 25 mn, sur feu moyen. Filtrer à laide d’ un chinois ou une étamine parfaitement propre. Pesez le jus et le mélanger au sucre, à proportion des 3/4 du poids de jus, puis ajouter le jus du citron et ajoutez à la préparation les graines de la vanille grattée à la pointe du couteau.

3 Faites chauffer et laisser bouillonner le sirop pendant une vingtaine de minutes.

Le test de l’assiette…
& de la cuillère à confiture jamais loin 😉


Encore trop claire et liquide, j’ai laissé cuire 3 mn de +, et j’obtenais ceci au second test de l’assiette.

Cette fois-ci ce fut bon ! J’ai empli les verrines préalablement stérilisées et retournées sur un linge propre (quelques minutes avant de commencer depuis le début). C’est bouillante que je remplissais les 4 verrines : les 2 ci-dessous et celles de plus haute capacité.

.

J’ai vu passer un commentaire fait à propos (article fromages) : ce sont les sauges ananas qui actuellement, sont encore en buisson ardent et encore généreusement fleurit. Je profite de flamboyantes couleurs en plein mois de novembre !

Le moment très gourmand !

Compotée de Coings

Très populaire dans nos campagnes, qui n’a de souvenirs d’enfance, de récoltes de ce fruit d’octobre de caractère, que nous aimions pour les bons desserts que celui-ci augurait ? De gourmandises, déclinées en pâte de fruit, de confiture sèche, de gelée ou bien de comptée. Que sais-je encore ? Cet article est bien évidement le prétexte à une gourmandise qui fleure encore bon le terroir de ma jeunesse ! Une visite à la campagne Indrienne pour un retour dans mes pas, me fera encore patienter cet hiver.

Pas de grande variante entre la gelée et la compote ici, si ce n’est le chapitre de la préparation pour la cuisson à obtenir. J’aime bien intervenir sur les textures en réalisant alternativement gelées, confitures, marmelades et autres compotées. Il arrive parfois que j’ajoute à certaines volailles festives et à mes préparations de Noël de la gelée de coings. C’est pourquoi je fais en sorte d’en avoir quelques pots dont je sais savoir à quoi les destiner, quelques semaines plus tard.

Lorsque pour une dégustation maison avec des produits du terroir, je rempli mes bocaux de petits ou moyens contenus. Mais puisque j’ai anticipée sur la saison hivernale, j’ai préparée ceux-ci autour d’1 kg de coings (lesquels épluchés et préparés). Une compotée facile de réalisation que l’on cuit comme toute autre, de 30 à 40 mn.

C’est pourquoi il est préférable de couper les coings en petits morceaux réguliers, au regard du temps de cuisson. Dans une casserole assez haute, placer les morceaux de coings, le jus d’un ou deux citrons.

Ajouter 150 g de sucre cristallisé. Ajouter les graines de la vanille et la cosse, puis couvrir d’eau en laissant la casserole (non recouverte d’un couvercle). Au terme de la cuisson, égoutter les coings.

Mixer ou passer au moulin à légumes – selon la consistance que vous souhaitez obtenir : le mixage fait une compotée lisse. Selon le visuel ci-dessus, j’ai fait au moulin à légumes. Remplir des coupelles, des bocaux ou un saladier, selon votre intention. Si bocaux, la comporte doit être versée encore bouillante, puis fermer hermétiquement et retourner les bocaux, comme traditionnellement.

N’oubliez pas
de vous régaler !

27 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Gargilesse dit :

    Tes Jacquaires ont quitté la maisonnée Muriel ?
    Ça donne vachement envie ! Gros bisous !!!!!!!!

    J’aime

    1. Muriela dit :

      Tes Jacquaires ont quitté la maisonnée Muriel ?

      Bonjour,

      Oui, ils se mirent sur le départ il y a déjà 4 jours… Mais Dieu que le temps nous traverse vite, tous ! Ils continuaient leu cheminement via La Châtre, mes amis suivant l’itinéraire du Berry par la branche Sud, puis ils s’arrêtaient 2 jours avant Eguzon, plus précisément à Cluis chez un couple d’amis que leur conseillais lors de leur première prise de renseignement sur Berry Au Cœur de France. Si cela devait conforter l’idée de l’utilité de mon travail journalier de webmestre 😉

      Amitié et bises

      J’aime

  2. Gillou dit :

    Si les deux premières années de blog tu avais d’autres vues, on trouve ( avec les copains de Berry Sud ) que tu t’es au fil des années bien rattrapée Mumu 😇

    Digne d’une bonne table d’hôtes sur St-Amand. D’ailleurs nous avons depuis plus d’un an des échos très favorables à ton propos, des connaissances gastronomiques dans l’Indre, que je divulgue par téléphone ce soir. Le côté commercial des choses n’est pas toujours le plus méritant, souvent, se sont au contraire des talents qui n’ont rien à vendre ou a marchander. Et puis toi on te connaît, comme verseau que tu es, pas du tout disposée à suivre qui tu, on sait.

    BRAVO notre belle amie !

    J’aime

    1. Muriela dit :

      Merci à vous tous les amis de l’Indre pour votre gentilles et votre fidélité à mon égard (depuis 2001 déjà…) et quels précieux moments partagés ensemble depuis toutes ces années de forum et pas seulement 😉 !!

      Aux marchés de Noël avec vous tous et je décompte chaque jour depuis cette semaine. Encore de grands Mercis.

      J’aime

  3. Rosetta Delain 36 dit :

    Ton bel article a le don de tout attiser chez nous, pupilles avant papilles histoire de voir ce que tu nous a proposé de gourmandises. Vraiment tout met l’eau à la bouche, surtout que tu termines en apothéose par ce café gourmand!

    J’aime

    1. Muriela dit :

      Coucou Rosetta !

      Oui, c’est une délicieuse gelée de coings et autant version compotée. J’ajoute les photos à la suite de la publication d’hier.

      Amitié

      J’aime

  4. Lilie Tranzault dit :

    Quelle belle recette gourmande et c’est vrai que la gelée que tu as faites a une belle couler mordorée, on adore !

    J’aime

    1. Muriela dit :

      Bien le bonjour chère Lilie, avec mo bon souvenir – resté intact – par l’excellent accueil qui m’a été réservé lors de ma venue pour le reportage. Gratitude 😉

      Oui, couleur caramel, mais peut-être que quelques secondes de moins en terme de cuisson joue sur cette belle couleur (?)

      Amitié de Berry Au Cœur de France

      J’aime

  5. Marie-Jeanne dit :

    Bonsoir Muriel, plaisant votre blog!

    Nous avons un jardin dans lequel sont deux vieux cognassiers qui mériteraient à présent de ne plus être au jardin. Probablement qu’ils se sont comportés en vaillants, mais voyez-vous, ils y étaient déjà lorsque nous avons racheté notre propriété actuelle à Lunery, une longère retirée du centre-ville.

    Deux arbres à grande ampleur donnant depuis trois ans des fruits que nous laissons tomber au sol car mon époux et mes enfants n’aimons pas le coing. Je me souviens que ma mère me donnait chaque week-end (elle vivait à l’époque à Saint Florent sur Cher) des confitures de coings et ils mettaient du temps à se terminer.

    Notre famille est une vraie famille berrichonne, 8 chez nous tous nés dans le Berry. On peut vous parler. Pourtant on ne sait pas si c’est vraiment une tradition dans le Berry, de porter de l’attention à un cognassier dans le jardin, mais je connais plusieurs familles qui en ont un pas très éloignées de notre maison. Mo mari s’est inscrit à votre blog, il aime beaucoup votre esprit berrichon. Vous êtes quelqu’un de simple Muriel, suivez bien vos passions, c’est important lorsqu’elles sont vraies. C’est ce que nous découvrons sur votre blog qui nous le fait dire.

    Nos amitiés, à très bientôt.

    J’aime

    1. Muriela dit :

      Bienvenue Marie-Jeanne,

      Quelle belle histoire déposée à votre passage hier ! Pour vos cognassiers, peut-être auraient-ils tout simplement besoin de repartir via un bon élagage de branches, car en fait, le cognassier, généralement, s’étale plutôt en éventail qu’ils prennent de la hauteur, comme d’ailleurs certaines espèces de figuiers. Peut-être alors pouvez-vous envisager cette possibilité pour qu’ils déploient de nouvelles branches (?)

      Notre famille est une vraie famille berrichonne, 8 chez nous tous nés dans le Berry. On peut vous parler.

      Je reste convaincue que les meilleurs conteurs dans l’âme de notre Berry, sont les natifs et natives du Berry eux mêmes, des êtres sans pseudos adoptions et
      ces bribes telles que nous n’avons que trop lues « j’ai découvert le Berry et j’y suis resté ». Ronronnante formule. En revanche, le mot « Business » y fait foi et c’est possiblement la seule chose à laquelle on peut croire. Par ailleurs, est aussi des personnes qui se targuent de vouloir « dépoussiérer le terroir : lequel de terroir ne les a pas vus naître (région d’adoption seulement). Et de Verseau passante, non seulement j’assume mes dires, je les signe à la plume : Muriel Azemard. De chauvinisme intelligent et raisonné, on ne parlera que bien – pour ne pas dire mieux – d’une région, de son âme, lorsqu’on y est né, toute province, quelle qu’elle soit !

      Parler bien se sa province et des racines, voire des radicelles, cela n’est assument jamais monnayable. Je plussoies à 100% la mention « une vraie famille berrichonne ». Vous avez tout dit !

      Chère Marie-Jeanne, belle journée.

      J’aime

  6. Ludo-Vic dit :

    On adore nous aussi, félicitations pour ce blog très convivial, merci pour vos partages Muriel !

    J’aime

    1. Muriela dit :

      Bonjour Ludo,

      très bonne la gelée ou de la confiture de coings, comme également la compte des petits encas, tout-à-fait.

      Merci et belle journée à vous.

      J’aime

  7. Michelle dit :

    Bonsoir.

    Les coings cette année sont venus en abondance chez nous, mais nous ne sommes pas chez vous dans le Berry, mais pas loin de Collonges La Rouge en Corrèze. Rarement nous avons vu des branches plier par le poids des fruits, tellement notre récolte 2022 a été abondante en octobre, ainsi que les pommes du verger, avec l’aide de la météo par chez nous.

    Le placard des conserves s’est vite remplit de nouveaux bocaux, coings et pommes. Nous avons mon fils et moi faits une vingtaine de bocaux de chaque. Nous cuisinons beaucoup comme vous Muriela. Pour les fêtes de Noël, sur les 20 bocaux de coings au sirop, nous allons en prélever 5 pour des plats.

    Merci beaucoup pour vos échanges, ce fut un plaisir de lire votre blog, nous reviendrons car nous apprécions. Prenez bien soin de vous ( Covid ) et belles réalisations de vos projets.

    J’aime

    1. Muriela dit :

      Si je m’attendais à une seconde belle histoire pour le même article et qui plus est, depuis la merveilleuse Collonges-La-Rouge ! Bienvenue en Berry !

      Michelle, je pense come vous que cette météo d’octobre, sans précédent car aucun mois d’octobre ne fut relevé avec ces températures clémentes enregistrées dans le courant d’octobre 2022. Cela a bien chamboulée dame Nature et, par ailleurs, l’effeuillage des arbres, alors que nous sommes en première quinzaine de novembre, ne se fit pas comme habituellement à cette période de l’année.

      Le placard des conserves s’est vite remplit de nouveaux bocaux, coings et pommes. Nous avons mon fils et moi faits une vingtaine de bocaux de chaque. Nous cuisinons beaucoup comme vous Muriela. Pour les fêtes de Noël, sur les 20 bocaux de coings au sirop, nous allons en prélever 5 pour des plats.

      Je devine là de belles et délicieuses préparations concoctées avec amour. Et puis merci pour votre sympathie. Au plaisir de vous lire !

      J’aime

  8. Marie-Catherine dit :

    C’est parce que vus avez versée chaude la gelée dans les verrines, que cela produit de la condensation sur les parois?

    J’aime

    1. Muriela dit :

      Oui, gelée comme confiture est versée dès que la préparation est terminée et fin prête pour les bocaux. Sauf que… 😉 Je ne me suis pas aventurée à accompagner le geste de mettre la gelée dans les verrines puis de retourner celles-ci.

      Bonne continuation.

      J’aime

  9. Nanon dit :

    Merci à vous Muriel, une délicieuse découverte.

    J’aime

    1. Muriela dit :

      Bonjour Nanon, au plaisir.

      J’aime

  10. François dit :

    Un régal ! J’adore les coings en desserts et en confiture ou gelée, ça dépend. Je me souvien avoir vu aussi, dans une recette de votre blog, vous aviez cuits des quartiers de coings avec une viande.

    Bisous Muriela!

    J’aime

    1. Muriela dit :

      Ce fut en effet le cas. Un régal que cette gelée de coings.

      Mais serait-ce cette page qui a été parcourue ?

      Mes recettes à la sucrine du Berry

      J’aime

      1. François dit :

        C’était bien cette page en effet, merci !!!

        J’aime

  11. Annecy 74000 dit :

    Une gourmandise imparable et succulente, délicieusement BRAVO pour votre gelée de coings du Berry !

    J’aime

  12. Malika dit :

    Topissime 😍😋🙏

    J’aime

  13. Doudou du Lac / Eguzon dit :

    Délicieuse et succulente composition, un pur bonheur. Ton association coings et café gourmand !
    Plein de bisous de notre part, reste comme tu es Mumu, plein de belles choses à toi et à nous du Berry
    surtout !!!!!!

    J’aime

  14. Didier Raillaut dit :

    Un pur délice! jolie préparation, merci Muriela!

    J’aime

  15. Gaby dit :

    De belles verrines de gelé d’automne pour ce fruit, le coing. J’adore aussi.

    J’aime

  16. Max-Joël dit :

    Recette a tester, merci Muriel et je trouve votre site très sympa!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s