Le piment

Vraiment rien de commun avec mon piment basque préféré, qui renferme dans chaque fruit (que l’on fait sécher) environ 200 graines que l’on extrait. Non, rien de ressemblant et cependant, depuis la prise en main du potager en 2008, je cultive chaque année du piment doux. Plus on le laisse venir à, maturation, de couleur orangée d’abord puis rouge dans sa phase terminale, plus il va se franchiser en un piment digne du nom.

Je le plante après les Saints de Glace mais j’attends toute fois que le sol se réchauffe. Puis en exposition plein soleil, j’espace les plants de 70/80 entre eux. (pareillement que pour les poivrons).

J’en réserve toujours un pour le cultiver dans un grand pot que je mets en bout d’une des planches servant de pas à pas entre les cultures…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s